Nous Contacter

La Bondrée Apivore

Rapace de la famille des Accipitridés, comme les aigles, les busards, l'autour

des palombes et l'épervier d'Europe, la Bondrée apivore ( Pernis apivorus ), ainsi nommée à cause de son goût pour les abeilles, est aussi appelée Buse bondrée pour sa ressemblance avec la Buse variable.

Identification

Elle ne présente pas un véritable dimorphisme sexuel, mais la femelle est un peu plus grosse que le mâle.

Longueur 52 - 60 cm
Envergure 120 - 150 cm
Poids 600 - 1100 g

La livrée, brune sur le dessus, avec un dessous blanc strié ou taché de brun, présente 3 variétés :
  • Tête petite et globuleuse,
  • Yeux dorés,
  • Bec petit et noir, aux narines étroites,
  • A la base du bec, courtes plumes raides,
  • Fortes pattes jaunes, aux doigts couverts d'écailles épaisses.
  • Barres horizontales sous les ailes et la (longue) queue. Les juvéniles ont les yeux bruns et de la cire jaune autour du bec.

    Moeurs


    Une insectivore qui mange de tout

    La Bondrée apivore passe la belle saison dans les forêts claires d'Europe, du Portugal jusqu'à la Sibérie.

    Elle se nourrit surtout d'hyménoptères sociaux, guêpes, frelons, bourdons, abeilles parfois.

    Ses pattes peu incurvées lui permettent de chasser au sol. Au printemps, elle se contente de ce qui lui tombe sous le bec : fruits, baies, araignées, sauterelles, chenilles, grenouilles, vers, petits mammifères, oeufs, oisillons...

    Un nid verdoyant


    Le couple de bondrées, formé pour la vie, se retrouve au printemps, souvent sur le même site. La parade nuptiale est typique : Monsieur Bondrée prend de l'altitude puis s'immobilise dans les airs pour "applaudir" Madame, à 3 ou 4 reprises, en battant des ailes très haut au-dessus de sa tête. S'ils ne réutilisent pas un nid de corvidé ou de buse, les deux partenaires bâtissent sur un grand arbre un nid caractérisé par la présence de rameaux frais.

    La femelle pond 1 à 3 oeufs, que les deux adultes vont couver 6 à 7 semaines. Les 10 premiers jours après l'éclosion, les parents nourrissent les petits. Puis c'est le mâle qui rapporte au nid des rayons pris à des essaims sauvages. La bondrée peut est en effet suivre une guêpe en vol jusqu'à son nid et éventrer ce dernier de ses fortes pattes, même s'il est enterré à 40 cm de profondeur.

    La femelle déchiquète les rayons pour distribuer les larves aux oisillons. Le mâle participe au soin des petits, qu'il est capable d'élever seul si elle meurt. Les jeunes bondrées quittent le nid à 5 à 6 semaines, mais ne seront autonomes que vers l'âge de 3 mois.

    Une migration en société


    Vers août ou mi-septembre, les 106 à 150.000 couples qui nichent en France se rassemblent en grandes bandes avant de gagner leurs quartiers d’hiver, dans les forêts d'Afrique Tropicale et d'Afrique du Sud. Les comptages de la Ligue pour la Protection des Oiseaux montrent qu'un bon nombre franchissent la Méditerranée par les détroits de Gibraltar (80.000 individus par an) et du Bosphore (20.000 individus par an.) Les bondrées volent en groupes de quelques dizaines d'oiseaux, volontiers en compagnie d'autres rapaces ou de cigognes.

  • Chant : Ki-ki-ki

    Haut Club Arobase Saint-Estève : Site exercice de l'atelier CSS2 pour le deuxime trimestre 2011